Histoire de l'estampe "Kung fou" (2008)

Récupérées dans une brocante, je décide de travailler à partir de ces matrices difficilement datables en laiton qui sont après quelques recherches réalisées sur internet, des poignées (garnitures de meubles antiques) fabriquées en Chine avec le fond de taille émaillé pour faire ressortir la gravure en creux.
Un long travail de décapage et de polissage a été nécessaire pour voir la richesse de ces gravures sur lesquelles je décide d’investir un travail possible en vue de leurs qualités plastiques.

Je réalise à partir d’un détail sur l’une des deux, une autre gravure dans l’idée de les superposer. J’isole un personnage (un enfant) de cette scène de vie après un tirage témoin et le grossis après sa numérisation.

No items were found matching your selection.

Tirage témoin de la plaque

Gravure du personnage au burin

et les centres concentriques.

Je crée ensuite un pochoir afin de faire apparaître la scène uniquement dans le vêtement de ce dernier afin de créer une sorte de kimono à partir de cette scène de vie d’antan.

Impression de la plaque gravée par mes soins (vert émeraude) avec la superposition de l’une des deux plaques récupérées, imprimée en rouge avec gaufrage (non visible à la numération ici) obtenu en isolant l’encrage par un pochoir à la dimension et aux contours du personnage agrandi de la scène gravée, héros de ma propre histoire.

Je réalise ensuite ou plutôt réfléchis sur une installation de ces deux impressions intéressantes et décide de combiner, intercaler une troisième matrice pour créer un tableau plus contemporain dans sa monstration.
« Astéroïdes », pièce centrale de ma proposition d’installation murale s’apparente à un ensemble de motifs proches des shurikens.
Technique : Mixte (Taille-douce), avec rehauts à l’aquarelle.

Astéroïdes
No items were found matching your selection.

Le dédoublement d’une des pièces renforce par son inversion d’accrochage une volonté de créer de la vitesse par la rotation et qui provoque le sentiment inverse également de la « captivité ». Prisonnier dans une bulle de savon ou des assiettes (des disques qui tournent).
Une volonté également de parler du motif, du décor, de l’art artisanal. 

histoire d'une estampe

Installation des trois panneaux à l’horizontal (L= 215 cm x 60 cm).

Les états de "Totem"

Cette estampe a été effectuée pour montrer et présenter à des conférences, visites et démonstrations les étapes de création d’une estampe en plusieurs plaques dénommées : la trichromie.
La trichromie est l’art de repérer et de superposer trois plaques portant chacune une couleur différente.
J’ai réalisé ces trois matrices (jaune, rouge et bleu au burin avec des inclinaisons de trames à 0°, 45° et 90° pour éviter l’effet de moirage à l’impression).
L’atelier de St Prex en Suisse où j’étais formé a consacré beaucoup de temps à explorer l’invention de la trichromie. Je vous invite  à découvrir cet ouvrage réalisé en collaboration avec la bibliothèque nationale de France.
« Anatomie de la couleur, l’invention de l’estampe en couleurs »
Recherches fabuleuses de Jacob Christoph Le Blond (1667 – 1741)
Cette technique a été inventée au XVIIe siècle en utilisant la technique de la manière noire dite également la « mezzotinto ». Procédé pour copier les peintures des grands maîtres de l’époque.

Partagez sur :